14 février au Cameroun : Cupidon, je ne te félicite pas

Mon cher Cupidon,

Dieu incontesté et incontestable de l’amour…
En ce 14 février, je me suis spécialement documenté sur ton compte et j’ai beaucoup appris de toi. J’ignorais certains aspects fondamentaux et discrets de ta vie.
Oui, aujourd’hui, c’est la Saint-Valentin. Tu le sais mieux que moi. Partout dans le monde la tendresse a envahi l’espace public ! Y compris dans mon cher pays, le Cameroun, qui vit depuis ce matin au rythme passionné de l’amour. Il y a du velours rouge et des cœurs partout. Les couples s’aiment, les célibataires dépriment. Tant de romantisme me fout franchement la migraine.

Cupidon,

En ce jour de l’amour exalté et des sentiments exacerbés, je pense à toi, Cupidon. Et j’ai tenu à t’écrire cette lettre froide. Certes, j’apprécie l’incroyable boulot que tu accomplis ce jour. Je pense aux flèches que tu décoches dans le cœur de tes innocentes victimes et qui les transportent vers les sommets de l’amour passionnel. Tu les fait rêver les yeux grands ouverts. Tout le monde sait qu’aujourd’hui, 14 février, c’est toi qui es dans le coup. C’est toi le boss. C’est ton jour. Soit heureux.

Cupidon,

Justement, je me suis promené dans les rues de la capitale ce matin. Yaoundé, je ne sais pas si tu connais. J’ai immédiatement senti que tu n’étais pas loin. Comment te rater ? J’ai vu des cœurs par centaines pendouiller tendrement le long de vitrines colorées. Comme pour rappeler à chacun que l’amour, c’est beau. C’est cool. C’est essentiel. J’ai aperçu de jolies flammes trembloter au bout de longs chandeliers baroques sur les tables de restaurants qui, ce soir, afficheront « complet ». J’ai croisé une jolie femme pressée. Un large sourire aux lèvres. Elle sortait d’un magasin de parfum et tenait sous son bras un gros paquet orné d’un impeccable nœud de velours rouge.

À tous les coins de rue, l’ambiance était au rouge vif, au rose framboise, à l’amour et à la passion. À la rose. Ça dégoulinait de romantisme de partout.

Et moi, le romantisme qui dégouline ainsi de partout, ça m’énerve Cupidon. Alors je ne te félicite pas.

Cupidon,

Le 14 février, c’est vrai, c’est le jour de l’amour fiévreux et des sentiments profonds. Mais sais-tu que cette date est un calvaire pour beaucoup autour de moi ? Sais-tu que chaque célibataire endurci, chaque femme cruellement seule, chaque célib-à-terre, chaque célibattante, chaque couple désespéré et meurtri, voudrait définitivement gommer et avec rage hein, ce fameux jour de son calendrier ?

Oui Cupidon,

Après avoir observé mes compatriotes célébrer le 14 février, je suis tellement déçu par toi… Je pensee que pour un ange chargé de nous aider à trouver l’amour, tu ne fais pas très bien ton boulot. Apparemment, tu l’ignores carrément. Le chômage t’aurait-il aussi touché là-haut comme les jeunes Camerounais?

Dis-moi franchement, de toi à moi, Cupidon, comment peux-tu autant faire galérer sentimentalement certains de mes congénères? Comment oses-tu faire cruellement souffrir des âmes si sensibles ? Je suis dans tous mes états.

Cupidon,

J’ai décidé de te parler directement : toi le petit Caïd des rencontres amoureuses, le représentant de l’amour, l’ange gardien des romantiques… Enfin, ça c’est ce qu’on raconte hein, je m’en moque éperdument moi. Mis à part te balader à moitié à poil et faire flasher mes chers compatriotes sur les mauvais mecs ou mauvaises meufs (en leur faisant croire que c’est de l’amour), mis à part ça, j’ai vraiment l’impression que tu ne sers pas à grand-chose ! Cupidon, tu nous es inutile au Cameroun.

Cupidon,

Alors écoute moi bien petit nain, j’en ai rien à faire moi, que tu sois le fils de Mars et de Vénus. Avoir des parents hauts placés ne te donne aucunement pas le droit de te la jouer, et de jouer de tant de coeurs solitaires et meurtris par le manque d’amour. Pauvres mortels qui cherchent désespérément l’amour, le véritable amour, mais qui ne le rencontrent pas !

Cupidon,

Comment peux-tu rendre tristes autant des gens ce jour ? Comment peux-tu mettre autant en peine les coeurs ? J’ai observé partout à Yaoundé. J’ai vu plein de nanas et de mecs seuls (et même en couple) en train de ramer à la quête du véritable amour ! Et Curieusement, il s’agissait de filles et de garçons supers, belles et mignons, pas des thons méga-jalouses et jaloux comme on en voit dans « confessions intimes » !

Alors je veux bien fermer les yeux pour aujourd’hui (j’imagine que tu as du boulot), mais à partir de demain, 15 février, tu te mets encore plus au boulot et ta mission sera de dégoter un mec ou une meuf extraordinaire à toutes ces personnes  célibataires, et à tous ceux qui sont malheureux dans leurs couples. Et ce, jusqu’au 14 février de l’an prochain.

Cupidon,

Tu es censé être un spécialiste de l’amour, alors agis. Tu sais ce que tu dois faire pour redonner le sourire à tous ces déchus de l’amour. Ceux qui n’ont jamais su dire « je t’aime » et ceux à qui on n’a jamais pu dire « je suis amoureux/se de toi ».

Et si par mégarde, tu plantes encore une flèche dans le cœur de certain(e)s pour un(e) bouseux/se qui ne sait pas ce qu’il/elle veut au juste, je te la planterai en retour là où tu penses ! OK ?
Je plaide ici pour la cause des déshérités de l’amour. Des infligés sentimentaux. Des désespérés affectifs. Des non-amoureux tout court. Ai-je bien été clair ? J’ai horreur de me répéter. Alors, fais ça bien qu’on ne soit pas emmerdés, de grâce. Merci.

Sur ce, remets-toi au boulot petit fainéant, car il y en a beaucoup des cœurs brisés et solitaires, qui t’attendent impatiemment. Donne leur l’amour pour toujours, l’amour avec un grand « A », afin que eux aussi te célèbrent le 14 février prochain.

Bonne fête frangin ! Faut pas se fâcher. Suis juste meurtri.

Au plaisir !

Fabrice Larry Nouanga, un garçon (célibataire) pas content !

1 commentaire sur “14 février au Cameroun : Cupidon, je ne te félicite pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *