Beauté féminine : les camerounaises sont aussi préfabriquées

Elles veulent presque toutes avoir les qualités physiques d’une femme dans un seul corps. C’est-à-dire, les lèvres d’Angelina, les lolos de Foning, les fesses de Majoie Ayi, le teint de Chantoux, le corps de Valérie Ayina, les reins de Shakira, les cheveux de Beyonce, la voix de Ségolène Royale, la démarche de Miss monde, les yeux de Rihanna… Elles veulent presque toutes être blondes ou brunes, avoir des jambes interminables, avoir un teint clair-mate, être mince, très mince avec des lèvres charnues, une poitrine pulpeuse, un fessier très rebondi…Elles veulent désormais toutes être blanches comme leurs idoles.
Pour cela, les Camerounaises, puisqupuisqu’il s’agit d’elles, pour avoir tout ce physique de rêve, importent tout de leur beauté. Tout ce qu’elles ont sur leur corps vient de l’extérieur. Elles n’hésitent donc pas à se dénaturer et ont plongé dans le faux et l’usage du faux en matière de beauté. Et il n’y a pas d’âge hein. Toutes y passent ! En matière de beauté féminine au Cameroun,  le préfabriqué dicte curieusement sa loi:

 

 
FAUX SEINS  PRÉFABRIQUÉS : chaque femme rêve d’avoir une poitrine généreuse, mais en réalité peu de femmes camerounaises se sentent satisfaites de la taille de leur buste. Certaines adoptent donc des faux seins silicones, les mamelons réalistes sont inclus dans la masse. Elles voudraient avoir des seins qui rebondissent et vibrent pour offrir des sensations fortes. Quand les silicones ne peuvent s’obtenir, ce sont les soutiens rembourrés qui prennent la relève pour garder l’impression d’avoir toujours les seins debout.

 

Ils s’achètent alors comme des bouts de pain. Il faut alors voir comment elles les trient dans les friperies de la place! Tout cela permet de remonter le volume de la poitrine et faire baver les hommes. Les faux seins paraissent ainsi comme étant naturels. Pourtant, rien de cela.

 

 
FAUSSES FESSES PRÉFABRIQUÉES : elles se sont dépêchées d’en posséder coûte que coûte. Toutes veulent les grosses fesses. Ainsi, elles prennent des « grossifesses ». Au Cameroun, les femmes rivalisent d’ingéniosité pour élargir le volume de leurs fessiers. Chez nous au Mboa, pour être belle, il faut avoir un beau bassin et très fessue. Les femmes se ruent ainsi vers des « fausses fesses, sortes de culottes rembourrées pour donner l’impression d’avoir des « botcho ». Ah, apparemment ça tient mieux le string !

 

Certaines sont même allées jusqu’à se faire des implants ; d’autres utilisent le suppositoire pour augmenter leur derrière. Les plus trouillardes et pauvres, se contentent juste de renforcer leurs fessiers avec des chiffons et des cartons. Vous verrez alors gonfler bizarrement des grosses fesses surnaturelles à vous couper la respiration…et à vous donner des AVC !

Exemple de protese « fausses fesses »

 

 

FAUX TEINT PRÉFABRIQUÉ : s’il y a un phénomène qui est véritablement ancré dans les esprits des Camerounaises, c’est le « djansang ». La dépigmentation de la peau noire. Il parait que quand tu es noire là, tu cesses d’être un humain. Et du coup, toutes les femmes du Mboa veulent absolument être « blanches » et se livrent ainsi à l’agression morbide de leur peau noire. Peu importe comment. Et pourtant, cette pratique non seulement budgétivore, est tellement néfaste pour leur santé, mais surtout incommodante pour leur entourage. Quitte à être multicolores ou à devenir Fanta dans les endroits découverts et Coca Cola dans les recoins. Elles mêmes fabriquent leurs potions hein !

 

Tu vois une fille, tout le corps est jaune comme le taxi, mais curieusement les poignets, les chevilles, les coudes et les fesses sont d’une noirceur impossible. Du vrai fanta-coca. Mais amère jusqu’à ! Complexées par leur peau noire d’africaine, les camerounaises se dépigmentent ainsi et plongent dans une véritable aliénation culturelle. Une vraie honte !

 

 
FAUX CHEVEUX PRÉFABRIQUÉS : mèches, greffes, postiches, tissages et perruques, voilà les préférences des camerounaises en matière de cheveux. En clair, on assiste là à une mort programmée du cheveux. Apparemment, la camerounaise ne ressemblerait à rien, sans ces faux cheveux de cadavres qu’elle trimballe sur son crâne. Aliénée ? Oui, sans doute ! C’est la preuve d’une véritable crise d’identité, une sorte de déni de sa propre personnalité, une vraie usurpation.

 

Les porteuses de faux cheveux, avec des coiffures étouffantes et sans hygiène permanente, faites avec des mèches dites naturelles et d’origine controversée : brésiliennes, indiennes, tchadiennes, éthiopiennes, malaysiennes, chinoises…sont vraiment absurdes. Imaginez alors une tête qu’on ne lave pas pendant un mois ! Mais je dis hein, comment une femme peut-elle décider de porter les cheveux d’une autre femme sur sa tête ? Elles savent même où on prend ça ? Où sont passés leurs vrais cheveux? Pourquoi en ont-elles si honte ? Pourquoi cette dévotion stupide pour les cheveux longs et lisses ? C’est comme si aucune n’est née avec les cheveux sur la tête voyons! Mais mesdames, pourquoi quand vous vous coiffez, vos cheveux restent sur le peigne au lieu que le peigne ne reste dans vos cheveux ? Paradoxal non ?

 

 
FAUX YEUX PRÉFABRIQUÉS: extensions de faux cils et sourcils, la tendance semble avoir pris de l’ampleur chez les camerounaises. N’importe qui fait ça n’importe comment. Avec de grosses lentilles, on dirait des lunettes et de faux cils, placés avec la colle « super glue », elles se baladent dans les rues, oubliant que cette colle peut causer des brulures douloureuses. Les bactéries raffolent du mascara. Terrible ça ! En voulant enlever ça le moment venu, bienvenue les infections.

 

Et d’ailleurs, si les yeux se détachent de leurs orbites, et se retrouvent au sol, elles feront comment Seigneur? C’est toujours la beauté qu’on cherche là ? Il faut alors voir comment elles se colorient le visage et les yeux avec leurs boites de peintures spéciales, s’arrêtant dans la rue à toutes les secondes, pour se regarder avec des morceaux de miroir cassé. Ou c’est les déguisements de carnaval et de cirque oh. Elles appellent ça maquillage, mais malheureusement tellement disproportionnés qu’on dirait des ndjoundjou kalaba!

une africaine aux faux ongles. Crédit photo :seneplus

 

 

FAUX ONGLES PRÉFABRIQUÉS : le marché des faux ongles fait fureur au Cameroun. Les Camerounaises sont férues de la pose de faux ongles et s’enfoutent ainsi des risques de santé. Sur leurs doigts et leurs orteils, elles se font ainsi poser ces faux « longo longo » ongles et y mettent des décorations bizaaaarres! Et c’est les hommes qui placent le plus ça hein. Tu te demandes alors comment elles font pour préparer ou laver les habits avec des piquants pareils sur les doigts…Ou c’est décapotable oh, les ongles là ? Tellement c’est long comme pour un vautour. Et quand elles te griffent avec ça hein…maaama, hospitalisation directe. Des vraies armes de destruction massive !

 

 
FAUSSE VOIX PPRÉFABRIQUÉE: ah ah ah, toutes mes sœurs parlent comme les blanches, les whites, si vous voulez. Et elles savent tordre la bouche jusqu’à. Même celles qui n’ont même jamais accompagné quelqu’un à Nsimalen oh. Paaaapa, c’est la whitisation que tu veux entendre ? Ce qui me wonda plus, c’est que, c’est parfois une whitisation dans un ton camerounais là un genre, avec des mots du patois hein….la nga te parle l’éwondo ou le bamiléké en français, toi-même tu dis Yes, la go, tu connais.

 

Au téléphone alors, c’est la mort de la voix que tu veux écouter ? Si tu ne l’as jamais vue, t’es sûr que tu es tombé sur la fille de Ségolène Royale au bout du fil! Vient alors voir en face celle qui te parlait ! Tu vas que t’enfuir seul ! La voix n’a rien, je dis, rien à voir avec le visage. Un faussé grave !

 

 

 

Quel est même le problème  des Camerounaises ?

Mais je dis hein, que comptent-elles même provoquer chez les hommes lorsqu’elles se dénaturent de cette manière? De l’excitation ou de l’amour ? Les Camerounaises sont-t-elles devenues la brocante, la seconde main, les plastiques biodégradables? C’est quoi ce pays où tu cherches une fille authentique, originale, naturelle avec un teint noir et naturel, un kaba au corps, des nattes sur la tête, des bijoux en collier et perle, te parlant dans son ton camer…mais tu ne vois pas ? Elles ont seulement honte de leur « camerounité » ou quoi ? Apparemment celles qui s’habillent comme ça sont des vraies djouksa n’est-ce pas ?
Mais à l’allure là, je crois que bientôt, les Camerounaises auront également des faux nez, des fausses bouches, des fausses langues, des fausses oreilles et même et surtout… des faux sexes préfabriqués . Ah ouiii hein! Qui sait ?
Fabrice Larry NOUANGA

2 commentaires sur “Beauté féminine : les camerounaises sont aussi préfabriquées

  1. Hummmmm. Fallait dire certaines camerounaises sont prefabriques. Mais t as pas mentionné la responsabilite des hommes dans tous ça ? À force d aimer les filles de la TV ils poussent les ignorantes dans cette situation

    1. Je fais juste une description Monique Laure. Celles qui se reconnaissent, comprendront. Les autres, tant mieux. C’est vrai, beaucoup de ces femmes agissent ainsi pour séduire les hommes. Malheureusement, c’est au prix de leur identité culturelle. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *