Nous sommes Camerounais mais nous faisons tout comme les Blancs

Ce dimanche après-midi, j’ai rendu visite à un couple ami qui vient d’avoir une fille. Pendant que nous papotions, une vive dispute a éclaté entre la femme et son mari sur le choix des prénoms de l’enfant. Hum ! La go voulait que sa fille porte « Marimar Esmeralda » ; par contre le gars lui, exigeait plutôt « Samantha Kelly ». Leurs actrices préférées. Les deux sont férus des telenovelas. Au départ, j’ai sincèrement cru que c’était la blague. Mais, les choses étaient tellement sérieuses hein. La dispute était si vive que les voix s’élevaient.
Et quand les voisins commençaient à arriver pour voir ce qui se passait même, j’ai dû vite calmer le jeu et les ramener aux bons sentiments. Bon, à observer de plus près la vie de ce couple et celle des autres Camerounais que nous sommes, j’ai vraiment compris pourquoi nous nous comportons en majorité comme les Occidentaux malgré que nous soyons Africains, nés et grandis ici. Eh oui, malgré la peau noire, à tous les niveaux, les Camerounais sont des Blancs dans le cœur !

 

Tout commence par les noms…

Chez nous, tout le monde veut donner un prénom américain ou européen à son enfant. Je dis bien tout le monde éh. Ce que les Blancs eux, ils ont comme noms propres, nous, on leur emprunte ça pour en faire des prénoms. Ces prénoms sont attribués aux enfants en fonction des nationalités des stars des séries et du showbiz. Car tellement nous passons notre temps à nous occuper de ce qui se passe chez eux.

On aura donc, et les prénoms français oh : Jean-Sébastien, Claude François ; et les Américains oh : Brandon, Jackson, Bryan.
Et aujourd’hui que les fausses telenovelas nous ont envahis, c’est désormais : Marimar, Cruzita, Sergio… Les Kamers ont tellement honte de leurs noms propres que, même lorsqu’on demande à l’un d’entre eux comment il s’appelle, c’est plutôt son prénom européen ou américain qu’il vous brandit, boum, en souriant. Mais je dis hein, avons-nous déjà entendu un Américain s’appeler Pearson Jackson Atangana ?

Puis, suit le domaine intellectuel…

Dans les universités, les agrégés et autres docteurs passent leur temps à vénérer leurs professeurs Blancs dans les amphis ; ce sont leurs modèles. Toutes nos grandes écoles signent chaque jour des partenariats avec les universités européennes et américaines. Apparemment il n’y a que là-bas qu’on est très intelligent. Dans nos facs, lycées et écoles primaires, les cours font la propagande de la puissance militaire française par ci, l’hégémonie américaine par là.

Notre propre histoire et notre géographie sont très peu enseignées et donc connues. Tout ce qu’on passe le temps à nous répéter à l’école, c’est que la France, l’Allemagne, les Etats-Unis sont les grandes puissantes occidentales. Leur climat est ceci, leur économie est cela… On nous casse les oreilles avec leur puissance maritime, militaire ou commerciale. Conséquence, le Camerounais connait mieux Paris et Washington que Yaoundé ou Douala, onong !

Sur le plan culturel alors…

C’est ici alors. Dans le domaine culturel, nous sommes vraiment tombés bas. Nous n’avons rien de Camerounais. Notre manière d’être, de marcher, de parler, de rire, de réagir est typique au Blanc. Dans les deuils, on pleure même déjà comme eux massa ! L’amour, c’est à la française. Les filles et les vieilles maters, ne veulent que se marier aux pépés blancs. La sexualité est de plus en plus précoce. Les divorces alors, c’est la mort. Le « djansang » est de taille. Toutes les go veulent devenir androïdes et Blanches. Alors, elles se décapent bizarrement la peau ; apparemment la peau noire c’est le diable et fait peur.
Leurs coiffures sont faites avec des mèches préfabriquées souvent prises sur des cadavres de l’autre côté. La voix alors, c’est grave. Les Camerounais ne parlent que comme des Blancs. Les gars et les go « whitisent » jusqu’à ce n’est plus bon. Ils ont plus les voix des Blancs que les Blancs eux-mêmes massa. Et tout ça, dans un ton « ewondotisé, bamilikisé, haoussaé, bassaé » hein. Quand tu as le timbre vocal de ta langue maternelle, on se moque de toi. Tu es un villageois. Du coup, on se réclame partout Francophone ou Anglophone. Certains d’entre nous ignorent même un seul mot dans leur langue maternelle. Beaucoup ne connaissent pas la route qui mène à leur village natal.

 

On a tout des Blancs, même étant Camerounais hein…

Sur nos tables, la cuisine européenne domine. Une femme sait mieux cuisiner le lapin ou les cornichons que le sanga et le eru. Hum, à table alors, c’est plus grave. Vous verrez des personnes qui mangent le foufou avec la cuillère, la sauce jaune avec la fourchette ou le nkui avec le couteau, de peur de se salir les mains. Ahiii.

On ne boit que du vin et des liqueurs importés. Le Matango ou le vin de Raphia, c’est pour les pauvres. Les écoles, les restaurants, les snacks, les rues, les monuments, les instituts… Tout, porte les noms occidentaux. À la maison, on n’écoute que RFI, BBC et ne regarde que France24, Euronews. La vraie information crédible, c’est là-bas éh.

 

L’habillement alors, humm, mieux je me tais! No comment ! Si tu ne mets pas un costume, tu es un sous homme.
Les championnats de foot, de basket, de tennis, de hand, ne sont intéressants que quand ils sont organisés en Occident. Là, on peut s’y intéresser. Les Camerounais ne suivent que la Liga, le Calcio, la Premier League ; et les gars sont même plus fanatiques et plus violents que les Hooligans anglais ou les Tifosi italiens hein. L’équipe nationale ne recrute que des coaches Blancs, sans preuves nulle part et ne parlant pas une des langues officielles. Quel complexe massa !

 

 

En religion, c’est grave…

Ah yaaaaaah ! Les Camerounais se croient plus croyants que la foi. En religion, ils boivent et avalent tout ce qui vient de l’Occident. Catholicisme, protestantisme, orthodoxie, ils sont là ! Pentecôtisme, judaïsme, rose-croix, islami, ekhankar, yogaisme, franc-maçonnerie, foi Bahaï, témoins de Jéhovah, bouddhisme, athéisme, dedans ! Écorce du marabout, ils croquent ! Les décoctions indiennes, ils boivent !

Syndicats de la sorcellerie, toujours dedans ! Religions avec les extra-terrestres, encore dedans ! Satanisme même, luciferisme et sectes occultes, vrai vrai alors dedans! Les Camerounais ne sont même pas dans quoi ? Ils adoptent tout du Blanc, bon ou mauvais oh, les gars sont que là !

 

Quel complexe du colonisé ! Quelle aliénation !

Voilà le triste constat de notre vie au quotidien. Nous avons perdu nos repères et notre culture. Notre vie est calquée sur le modèle occidental, bien que nous soyons filles et fils d’Afrique. Nous valorisons mieux la culture blanche que notre propre culture. Nous sommes plus Blancs que les Blancs eux-mêmes. Quel désastre.

Avant de quitter le couple ami, pour les calmer un peu, j’ai dû proposer qu’ils surnomment simplement l’enfant : Ndomba Minchoui, pour valoriser nos mets traditionnels. Ils compliquent même quoi là dis donc ? Pauvre Cameroun, pauvre Afrique !

 

Fabrice Larry NOUANGA

4 commentaires sur “Nous sommes Camerounais mais nous faisons tout comme les Blancs

  1. Merci de ce message vital que tu fais passer à tous tes lecteurs et aux jeunes qui sont l’avenir du pays. »Quand tu as le timbre vocal de ta langue maternelle, on se moque de toi. Tu es un villageois. Du coup, on se réclame partout Francophone ou Anglophone. Certains d’entre nous ignorent même un seul mot dans leur langue maternelle. Beaucoup ne connaissent pas la route qui mène à leur village natal. » » Nous avons perdu nos repères et notre culture.  »
    Je pense , au moins j’espère que vous êtes encore nombreux à les défendre, et de la plus belle façon. Crois moi, un jour ce seront les White qui vous envieront vos richesses et voudront savoir parler la langue du Mboa. Comment ne pas être fasciné par un pays si complexe, son humour, sa kyrielle de langues, son inventivité, la capacité de son peuple à aller de l’avant malgré les obstacles ?
    Mais hey, rien ne vous empêche de récupérer les ways du Mbeng et de les accommoder à votre sauce jaune…l’histoire du monde est faite de brassage et de réappropriation…

    1. Évidemment Izzz, il faut se compléter. Toutes les cultures sont importantes. C’est rendez vous du donner et du recevoir. Il faut savoir prendre l’utile chez l’autre. C’est cela qui fait le brassage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *