Saint Valentin : 4 attitudes qui prouvent que les Camerounais(es) ne sont pas amoureux(reuses)

Article : Saint Valentin : 4 attitudes  qui prouvent que les Camerounais(es) ne sont pas amoureux(reuses)
17 février 2020

Saint Valentin : 4 attitudes qui prouvent que les Camerounais(es) ne sont pas amoureux(reuses)

Au lendemain de la célébration de la fête des amoureux, célébrée le 14 février, j’entends beaucoup de Camerounais (ses) se plaindre de l’amour. Il y a tellement de femmes et d’hommes dont les histoires d’amour se sont si mal terminées hier. Tellement de gens se sont rendus à l’évidence qu’ils étaient plutôt en couple avec des personnes qui les rendent si malheureux (ses) et les font tant souffrir… Que de déceptions ! Que de douleurs ! Que de séparations ! Mais d’où vient même le problème ?

Après plusieurs observations, j’ai fini par comprendre que les camerounais ne savent même pas ce qu’on appelle amour. Ils ne sont jamais tombés amoureux. Les relations amoureuses échouent lamentablement au Cameroun à cause de quatre principales attitudes :

1- EN AMOUR, LES CAMEROUNAIS(ES) RÊVENT TROP DEBOUT

Chez nous, très souvent, les échecs amoureux proviennent des fausses images de l’amour que nous avons. On s’est tellement fait dans nos têtes de fausses idées sur l’amour qu’on vit finalement trop dans les rêves.

Il y en a qui veulent que l’amour soit tout de suite passionnel, tellement intense. D’autres veulent qu’il soit une espèce de flamme qui brûle de façon vive. Il y en a qui rêvent qu’il soit tellement fusionnel, en voulant à tout prix que l’autre vive uniquement collé à eux sans plus penser à rien d’autre. Que de rêves !

Toutes ces fausses visions de l’amour conduisent naturellement à l’échec et donc à la souffrance. Du coup, personne ne tombe amoureux. On ne vit pas l’amour dans les rêves ! Revenons même souvent à la réalité non ! Ce ne sont pas les choses des séries brésiliennes hein.

2- EN AMOUR, LES CAMEROUNAIS(ES) SONT DE BONS JOUEURS(Euses)

Voyez-vous, il y a des gens qui se lancent dans les relations amoureuses sans sincèrement savoir ce qu’ils attendent concrètement de ces relations. Ben, pour eux-elles-, l’amour n’est qu’un jeu.

Mais je redis encore qu’il faut absolument se demander ce qu’on veut concrètement. Il faut donc pouvoir se poser quelques questions personnelles et sincères avant de se lancer.

Est-ce qu’on cherche à combler un vide ou des manques affectifs ? Ou bien encore, est-ce que qu’on a besoin de se sentir reconnu(e), de se sentir exister, de s’affirmer? Est-ce qu’on veut paraître et avoir de la valeur à ses propres yeux et aux yeux des amis et de sa famille ? Ou simplement, (et c’est ce qui arrive le plus chez nous), est-ce qu’on cherche un certain confort matériel ou financier, l’argent, les cadeaux, le statut social ?

En sachant donc ce pourquoi on s’engage, il est clair qu’on vivra « mieux » sa relation amoureuse. Mais chez nous, on se lance comme ça vaguement, comme des moutons, sans objectifs hein. L’amour devient ainsi une pure distraction. 

3- AU CAMEROUN, CE SONT LES AUTRES QUI DÉCIDENT DE NOS PARTENAIRES

J’entends des gens dire tout le temps : « Moi je ne sors qu’avec des personnes qui me font souffrir ! Je n’ai pas de chance ». Mais je dis hein, comment les choisissez-vous dis donc ?

Malheureusement les Camerounais (ses) ne prennent garde à aucune précaution pour choisir leur partenaire. Ils écoutent tellement les autres. Quand ce n’est pas la famille, ce sont les amis qui décident avec qui on doit être. Quand, ce ne sont pas les amis, ce sont les voisins…

Pourtant, c’est nous-mêmes qui devons être maîtres de ce que nous désirons. On n’a pas à nous juger dans nos choix et surtout personne n’a à nous indiquer avec quel genre de personne nous devons nous mettre. Jamais!

On n’est pas là à vouloir transformer l’autre  pour plaire aux gens hein. On le prend tel qu’il est. Que les gens cessent donc d’influencer et de diriger nos choix. Ayons donc un minimum de personnalité quand nous nous engageons dans une relation amoureuse. Sinon on ne tombera jamais amoureux(ses).

Femme seule et triste en amour. Crédit photo: friends.fr

4- LES CAMEROUNAIS(ES) SONT SI ÉGOCENTRIQUES EN AMOUR

Je ne comprends pas les Camerounais (ses). Une fois dans une relation, ils deviennent si égocentriques et continuent à vivre comme s’ils étaient encore tout seuls. Comment tomber amoureux dans ce cas?

Pour entrer dans une relation qui dure et qui réussit, il faut apprendre à « quitter » certaines pensées antérieures dans lesquelles nous sommes parfois enfermés.

On ne doit pas vivre avec notre partenaire comme si nous étions juste entrain d’essayer et que peut-être il y a quelqu’un de mieux qui nous attend. On agit souvent là, comme si l’amour était un immense supermarché dans lequel on peut choisir comme une marchandise, la petite ou le gars qui nous conviendrait le mieux…. Non ! On ne tâte pas en amour. Mouillé, c’est mouillé.

Un amour ne peut vivre et durer que si chacun se sent écouté, respecté et pris en compte. Patiemment, il faut apprendre à découvrir l’autre, tel qu’il est, à dialoguer avec lui pour apprendre à connaître et accueillir ses goûts et ses envies, ses projets de vie, ses intentions à long terme…Simplement, nous devons l’intégrer dans notre vie.

EN RÉALITÉ, LES CAMEROUNAIS NE TOMBENT JAMAIS AMOUREUX

La plus grande chance, dans toute relation amoureuse, est de pouvoir apprendre à aimer et tomber amoureux. C’est un vrai challenge !

Malheureusement les Camerounais (ses) ne savent même pas aimer. D’ailleurs, certains n’ont même carrément jamais aimé.

Ils aiment avec de faux-semblant, beaucoup d’hypocrisie, trop de mensonge, avec intérêt,  escroquerie,  infidélité,  trahison… Ils ne savent carrément pas aimer.

Cheminer et grandir ensemble, dans l’amour, sans se détruire, s’étouffer ni se fondre en l’autre, s’apprend, jour après jour. Mais chez nous, hélas!

Un amour vrai doit absolument tourner les deux partenaires vers l’avenir, la même direction pour ainsi durer toute une vie…

J’ai fini par comprendre que nos échecs en amour sont simplement dus au fait que dans le choix de nos relations amoureuses, très peu de personnes, il faut le dire, s’engagent sans véritablement savoir ce qu’ils attendent de l’Amour.Très peu s’engagent, sans réellement être prêts pour mener à bien un amour durable. Très peu s’engagent, sans vraiment connaitre quel type de personne les attire.Très peu de personnes s’engagent, sans réellement bien choisir l’élu(e) de leur cœur.Voyez-vous, on s’engage tellement au Cameroun, sans réfléchir avant; sans critères véritables, sans être prêt à construire, sans penser à s’épanouir.

Voilà pourquoi nous ne tombons jamais amoureux. Le 14 février est donc une fête à bannir au Cameroun. C’est une véritable hypocrisie. Aucun(e) Camerounais(e) n’aime avec le coeur…

Fabrice Nouanga

Partagez

Commentaires